Pour les CE1 de Thérèse d’Avila

Pour les CE1 de Thérèse d’Avila, le « conte » à rebours commence

La Maison du vieux Léon

Après une année de répétition, les CE1 de Thérèse d’Avila (Lille) interprètent la Maison du vieux Léon. Pris en main par le duo Marine Boske et Romain Meunier, violoniste et pianiste au sein des Symphonistes Européens, ce conte musical mêle chants, dialogues et mise en scène. Lever de rideau ce 21 avril devant les parents.

Dans la Maison du vieux Léon, conte musical signé Julien Joubert, une enseignante emmène sa classe en week-end sans en dire plus sur la destination. Voyager est tellement plus émoustillant que d’arriver… Selon Marine Boske, le parallèle vaut pour le travail qu’elle mène avec les CE1 de Thérèse d’Avila. « L’évolution de la pratique du chant, l’appropriation des dialogues et l’application à se mettre en scène forment notre voyage à nous. Le spectacle en est l’aboutissement », note la musicienne-intervenante, membre des Symphonistes Européens depuis ses premières heures. Pour les soixante-dix élèves et leurs trois professeures, le périple débute en septembre dernier à raison d’une halte par semaine tous les mardis après-midis. Sans compter qu’entre deux répétitions, il faut peaufiner l’oralité et la mémoire de ses jeunes chanteurs en herbe. Soit ! Très impliqués par ce projet pionnier, les enfants plongent sans retenue dans l’univers fantastique, récemment rejoints au clavier par Romain Meunier, un autre symphoniste. « La présence du piano va faire monter d’un cran l’enthousiasme général. L’instrument est à la fois une réponse aux voix chantées et à la fois un amplificateur d’ambiance », souligne le musicien. Le 21 avril, on saura enfin ce que cache la Maison du vieux Léon. Tout voyage a une fin.